Documents pour «Mémoire»

2018 - Alchimie des émotions musicales

1h10min30

LE CERVEAU AU COEUR DE L’ALCHIMIE DES ÉMOTIONS MUSICALES

Une conférence avec Séverine Samson

Professeure de neuropsychologie

UFR de psychologie - Université de Lille
Présente au quotidien, la musique suscite des réactions variées et parfois extrêmes qui dépendent d’un réseau cérébral très étendu dont les particularités commencent à être dévoilées par les travaux en neurosciences cognitives et affectives. Le plaisir si particulier que procure la beauté musicale, à la fois sensible et abstraite, donne corps à la notion d’émotion esthétique dont les bases cérébrales commencent à être étudiées. A partir d’une approche transdisciplinaire qui associe la neuropsychologie à l’imagerie cérébrale, des résultats récents concernant les jugements de valence et de plaisir induits par la musique seront exposés afin de préciser la particularité des émotions musicales. Pourquoi la musique nous touche-t-elle au plus profond de nous même ? Est-elle vraiment inoubliable? Quels sont ses effets thérapeutiques ? Comment les expliquer ? Autant de questions auxquelles nous tenterons de répondre au cours de cette conférence.
Séverine SAMSON a débuté sa carrière au Canada (Université McGill et Institut Neurologique de Montréal). Elle dirige une équipe de recherche en neuropsychologie à Lille (Laboratoire PSITEC) spécialisée dans l’étude des fondements neurobiologiques de la cognition et des émotions auditives et notamment musicales au travers l’analyse des différentes pathologies cérébrales. A Lille, elle a mis en place la filière neuropsychologie (master spécialisé en réhabilitation cognitive) tout en développant de nombreux partenariats scientifiques en France et à l’étranger. Une partie importante de ses recherches concerne le développement des thérapies non médicamenteuses pour la prise en charge des maladies neurodégénératives, travaux menés en collaboration avec l’hôpital gériatrique Les Bateliers (CHRU Lille). Elle poursuit également des recherches depuis de nombreuses années sur les bases cérébrales des émotions musicales en lien avec la mémoire à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière (Paris) et en collaboration avec l’Institut du Cerveau et la Moelle dans une perspective pluridisciplinaire qui associe la neuropsychologie aux méthodes d’imagerie cérébrale. L’approche retenue combine ainsi les recherches fondamentales aux réalités cliniques, et se situe au croisement des arts, des sciences et de la cognition. Séverine Samson a publié plus de 100 articles scientifiques et chapitres d’ouvrage et participe à de nombreux projets de recherche nationaux et internationaux.

Autour de cette conférence : concert Le Global du Tire Laine (musique du monde)

Le patrimoine de la recherche contemporaine : quelle sauvegarde ?

Isabelle ASTIC

58min23

En 2018, Résitech (Réseau Scientifique Industriel et Technique 1) fête sa dixième année. Ce réseau à vocation régionale est intégré au programme de la Mission nationale de sauvegarde du patrimoine scientifique et technique contemporain (PATSTEC) du Musée des arts et métiers-CNAM (www.patstec.fr).
Les objectifs de cette mission sont la sauvegarde du patrimoine matériel témoin de la recherche publique et privée (objets, archives) et du patrimoine immatériel(mémoire, et savoir-faire des acteurs). Ces travaux passent par la mise en oeuvre d’un inventaire au sein des laboratoires de recherche, de collectes d’archives orales et d’opérations de valorisation.
Comment sauvegarder patrimonialement des dispositifs expérimentaux complexes ?
À l’heure du « tout numérique », quid du matériel informatique ? Quelles sont les pistes de sauvegarde des objets dématérialisés, notamment des logiciels ?
Cette séance à deux voix propose un bref état des lieux et l’exploration de pistes, notamment à travers des réflexions sur le patrimoine de l’informatique.

2018 - Perception musicale : sommes nous tous des experts ?

1h19min32

PERCEPTION MUSICALE :
SOMMES-NOUS TOUS DES
EXPERTS ?


Une conférence avec Barbara Tillmann
Université de Lyon CNRS/INSERM


Des recherches sur la perception musicale montrent que même les auditeurs non musiciens deviennent sensibles aux régularités du système musical par simple exposition aux pièces musicales dans la vie de tous les jours.
Ces connaissances musicales se révèlent très élaborées ; elles influencent la perception des sons et permettent la compréhension des structures musicales.
Par contre, pour quelques personnes, la musique ne fait pas de sens : elles sont incapables de reconnaître une chanson familière sans paroles ainsi que de détecter une fausse note ou quand quelqu’un chante faux (y compris eux-mêmes). Ces personnes sont atteintes d’“amusie congénitale”, un déficit musical sans d’autres déficits cognitifs ou auditifs.
Étudier comment le cerveau traite la musique (dans son fonctionnement normal et déficitaire) est devenu l’objet d’un nombre grandissant de recherches qui, avec les recherches étudiant la perception du langage, contribuent à notre compréhension du fonctionnement du cerveau.
Barbara Tillmann est directrice de recherches au CNRS et anime l’équipe
«cognition auditive et psychoacoustique» au sein du centre de recherche en neurosciences de Lyon.
Après avoir effectué sa thèse à l’Université de Bourgogne, elle part en stage post doctoral aux États-Unis avant de revenir à Lyon. Elle s’attache à décrypter les mécanismes cognitifs et neuronaux permettant au cerveau humain de percevoir la musique. Elle étudie plus particulièrement les phénomènes d’amusie congénitale qui touchent environ 4% de la population. Elle a également contribué à révéler le rôle bénéfique de la musique dans le traitement de certains troubles cognitifs (dyslexie, dysphasie). Elle a participé à plus de 120 publications dans des revues internationales de très haut niveau comme Nature, Journal of Neuroscience, Neuropsychology. Elle est l’auteur d’un livre et a écrit des chapitres dans 21 ouvrages très diffusés. Chose remarquable, elle a obtenu la médaille de bronze puis d’argent du CNRS respectivement en 2004 puis 2016.
Elle collabore avec de nombreux laboratoires et notamment avec l’Université de Sydney où elle est très impliquée dans les thèmes de recherche et dans l’enseignement.

2017 - Maladie d’Alzheimer : pouvons-nous changer la trajectoire ?

52min04

« Maladie d’Alzheimer : pouvons-nous changer la trajectoire? »


Avec Philippe Amouyel :


Philippe Amouyel est médecin et chercheur, Professeur d’Epidémiologie et de Santé Publique à l’Université de Lille. Il exerce au Centre Hospitalier et Universitaire de Lille. Depuis 20 ans, il dirige une unité de recherche consacrée à la santé publique et à l’épidémiologie moléculaire des maladies liées au vieillissement. Il a publié plus de 700 articles scientifiques dans des revues internationales et a participé à la découverte des 35 locus génétiques prédisposant à la maladie d’Alzheimer sporadique. Il est un des scientifiques les plus cités dans le monde sur ce sujet. Il a dirigé de 2002 à 2011 l’Institut Pasteur de Lille. Depuis 2008, il dirige la Fondation National de Coopération Scientifique sur la maladie d’Alzheimer et les affections apparentées. Il préside l’Initiative Européenne de Programmation Conjointe sur la recherche sur les maladies neurodégénératives qui fédère les efforts de recherche de 30 pays dont le Canada et l’Australie. Depuis 2012, il est à la tête du laboratoire d’excellence Distalz qui réunit sept des meilleures équipes françaises sur cette pathologie.

 

Entre 2010 et 2015 le nombre d’hommes et de femmes atteints de maladie d’Alzheimer a progressé de plus de 10 millions dans le monde. Un nouveau cas est diagnostiqué toutes les 4 secondes. Face à cette progression constante liée à l’augmentation massive de notre espérance de vie, les chercheurs sont tous mobilisés pour découvrir des solutions. Ils doivent s’attaquer à l’atteinte de l’organe le plus complexe de l’Homme, notre cerveau. Le défi est immense face à une maladie qui s’étend sur plusieurs dizaines d’années. Aussi en attendant la découverte de nouveaux traitements, est-il important d’examiner si des actions préventives sont d’ores et déjà possibles. Il est aussi essentiel que nous nous préparions tous à accepter et à aider au mieux dans notre vie quotidienne l’arrivée d’un nombre croissant d’hommes et ces femmes que leurs symptômes empêcheront de profiter au mieux de la fin de leur existence. Pour faciliter cette acceptation, une application pour tablettes interactives a été créée afin de nous sensibiliser et de nous préparer à ces évolutions.

Les mémoires mondialisées de Guernica en Espagne

19min43

Cette conférence a été donnée dans le cadre du colloque Mémoires des massacres au XXe siècle organisé par le Centre de recherche en histoire quantitative (CRHQ) de l'Université de Caen et le Mémorial de Caen
du 22 au 24 novembre 2017. Ont été abordées les différentes
postures/situations mémorielles et leurs enjeux et usages sociaux et
politiques dans les sociétés concernées, notamment chez les anciens
belligérants – déni, négation, oubli, aveu, pardon, concurrence
mémorielle… -, en prenant en compte l’ensemble des protagonistes
(bourreaux, victimes, témoins). Il s’agissait ici de s’attacher aux
seules mémoires des massacres et non aux massacres eux-mêmes, en
privilégiant la perception qu’en ont eu et/ou qu’en ont encore les
sociétés, à travers leurs instances officielles mais sans négliger le
point de vue “d’en bas” et les manifestations populaires qui y sont
liées.
Membre junior de l’Institut
Universitaire de France, Sophie Baby est maîtresse de conférences en histoire
contemporaine à l’Université de Bourgogne Franche-Comté. Spécialiste de l’espace
ibéro-américain aux XXè et XXIè siècles, elle réfléchit aux enjeux portés par
les violences de masse et le terrorisme dans nos sociétés contemporaines. Après
avoir travaillé sur la transition espagnole à la démocratie - son livre, Le mythe de la
transition pacifique. Violence et politique en Espagne (1975-1982), (Casa de Velázquez, 2012) a été traduit en espagnol (chez Akal, à paraître, 2018) - elle embrasse désormais
une perspective comparatiste et globale. Elle a co-dirigé l'ouvrage  Violencia y transiciones políticas a finales del siglo XX. Europa del
Sur-América latina (Casa de Velázquez, 2009) et le numéro spécial  “Material Traces of Mass Death: the Exhumed Object”, Les Cahiers Sirice, 2017 . Dans le cadre d’un programme
franco-britannique (Labex Les passés dans
le présent/AHRC Care for the Future),
elle coordonne un ouvrage numérique sur la gestion des passés autoritaires en
Europe et en Amérique latine. 
Résumé de la communication
De par
sa puissance symbolique, l’héritage de Guernica a suscité depuis des décennies
la convoitise de groupes concurrentiels qui ont cherché à se l’approprier et à
en transformer la signification au gré des évolutions politiques et des usages
publics du passé de la Guerre civile qui se sont succédés. L’objet de cette
communication est de mettre en lumière les projections internationales de la
mise en mémoire de Guernica en Espagne et les jeux d’échelle dans lesquels elle
s’inscrit : de l’échelon local – depuis la ville même de Guernica –, à l’échelon
national en passant par le maillon intermédiaire et essentiel qu’est la Communauté
autonome basque, porteuse de l’interprétation nationaliste du bombardement de
1937. Les mémoires conflictuelles de cet « événement monstre » (Nora)
s’inscrivent également dans un espace mondialisé, dans un premier temps limité à l’Allemagne,
considérée comme l’héritière du régime nazi, avant que les entrepreneurs de
mémoire ne se positionnent dans les scènes transnationales de la lutte contre l’impunité,
de promotion de la paix et de la défense des droits de l’homme. Ainsi, Guernica
a concentré les dynamiques mémorielles qui se sont déployées de par le monde
depuis les années 1970, au service d’enjeux finalement fortement ancrés dans un
territoire, le Pays basque, lui-même conflictuel à l’extrême.

2017 - La musique un stimulant pour nos neurones

1h18min07

« La musique, un stimulant pour nos neurones » 




Avec J-C. Beauvillain:




Chercheur en neurosciences, directeur de recherche INSERM


La musique est vraisemblablement apparue en même temps que l’homme. Toutes les peuplades, ethnies, civilisations ont leur musique. Ces musiques présentent évidemment des différences mais on retrouve dans toutes des éléments communs appelés « universaux ». Nous verrons comment la musique atteint notre cerveau en partant de l’oreille jusqu’au cortex auditif, comment elle est analysée, mise en mémoire et pourquoi elle nous procure des émotions. Dans un deuxième temps, nous aborderons comment la pratique de la musique peut modifier notre cerveau. Nous terminerons sur l’intérêt que peut avoir la musique dans certaines pathologies.




Ponctuée d’interventions et Mini concert de L’Orchestre Universitaire de Lille

Le 7 novembre à 18h00

À l’auditorium du Palais des Beaux-Arts au 18 bis Rue de Valmy à Lille (Métro Ligne 1 – arrêt République Beaux-Arts)

Ouvert à tous

Sortie de la violence, construction de la paix et mémoire historique | Question sociale, créations culturelles

Luis OSPINA

43min35

Un an après l’accord de paix entre le gouvernement colombien et les FARC (Forces armées révolutionnaires de Colombie), ce colloque se propose de croiser des expériences de post-conflit en Colombie, ailleurs en Amérique latine et dans d’autres régions du monde. Il s’intéressera principalement aux processus de paix et à leurs suites, à l’émergence de nouvelles violences, à la question de la justice transitionnelle, aux mouvements sociaux et aux créations culturelles liées à la sortie de la violence, aux relations entre mémoire et Histoire. Ce colloque, organisé par la chaire Destins mondiaux de l'Amérique latine, le Centro Nacional de Memoria Histórica de Colombia et la Plateforme Violence et sortie de la violence, s’inscrit dans le cadre de l’année France-Colombie. Il poursuit des échanges et une réflexion sur les mêmes thèmes initiés lors d’un colloque à Bogotá en juin 2017. Question sociale, créations culturelles | Yvon Le Bot, CEM-FMSH « Antigone en Colombie »  | Jacobo Grajales, Université de Lille 3 « Les terres de la paix. Politiques foncières et sortie de conflit en Colombie » | William Ospina, écrivain « Enjeux sociaux et culturels de la paix »

Sortie de la violence, construction de la paix et mémoire historique | Processus mémoriels 1

45min27

Un an après l’accord de paix entre le gouvernement colombien et les FARC (Forces armées révolutionnaires de Colombie), ce colloque se propose de croiser des expériences de post-conflit en Colombie, ailleurs en Amérique latine et dans d’autres régions du monde. Il s’intéressera principalement aux processus de paix et à leurs suites, à l’émergence de nouvelles violences, à la question de la justice transitionnelle, aux mouvements sociaux et aux créations culturelles liées à la sortie de la violence, aux relations entre mémoire et Histoire. Ce colloque, organisé par la chaire Destins mondiaux de l'Amérique latine, le Centro Nacional de Memoria Histórica de Colombia et la Plateforme Violence et sortie de la violence, s’inscrit dans le cadre de l’année France-Colombie. Il poursuit des échanges et une réflexion sur les mêmes thèmes initiés lors d’un colloque à Bogotá en juin 2017. Processus mémoriels I | Maria Emma Wills, CNMH « La pedagogía de la memoria histórica. Desafíos de un proceso inconcluso » | Julie Lavielle, Université Paris Nanterre, ISP « À quoi servent les politiques de mémoire en Colombie ? Le cas de Medellín »

Sortie de la violence, construction de la paix et mémoire historique | Justice transitionnelle et procès

Elisabeth CLAVERIE

1h07min52

Un an après l’accord de paix entre le gouvernement colombien et les FARC (Forces armées révolutionnaires de Colombie), ce colloque se propose de croiser des expériences de post-conflit en Colombie, ailleurs en Amérique latine et dans d’autres régions du monde. Il s’intéressera principalement aux processus de paix et à leurs suites, à l’émergence de nouvelles violences, à la question de la justice transitionnelle, aux mouvements sociaux et aux créations culturelles liées à la sortie de la violence, aux relations entre mémoire et Histoire. Ce colloque, organisé par la chaire Destins mondiaux de l'Amérique latine, le Centro Nacional de Memoria Histórica de Colombia et la Plateforme Violence et sortie de la violence, s’inscrit dans le cadre de l’année France-Colombie. Il poursuit des échanges et une réflexion sur les mêmes thèmes initiés lors d’un colloque à Bogotá en juin 2017. Justice transitionnelle et procès | Elisabeth Claverie, Université Paris Nanterre, ISP « Lutte contre l’impunité vs amnistie en Ouganda. Le cas de Lord Resistance Army » | Marie-Christine Doran, Université d’Ottawa, « Justice transitionnelle et résurgence de la violence » | Sophie Daviaud, Sciences po - Aix « Procès et reconstruction de la mémoire historique de la violence en Colombie »

Sortie de la violence, construction de la paix et mémoire historique | Processus mémoriels II

Henri ROUSSO

31min48

Un an après l’accord de paix entre le gouvernement colombien et les FARC (Forces armées révolutionnaires de Colombie), ce colloque se propose de croiser des expériences de post-conflit en Colombie, ailleurs en Amérique latine et dans d’autres régions du monde. Il s’intéressera principalement aux processus de paix et à leurs suites, à l’émergence de nouvelles violences, à la question de la justice transitionnelle, aux mouvements sociaux et aux créations culturelles liées à la sortie de la violence, aux relations entre mémoire et Histoire. Ce colloque, organisé par la chaire Destins mondiaux de l'Amérique latine, le Centro Nacional de Memoria Histórica de Colombia et la Plateforme Violence et sortie de la violence, s’inscrit dans le cadre de l’année France-Colombie. Il poursuit des échanges et une réflexion sur les mêmes thèmes initiés lors d’un colloque à Bogotá en juin 2017. Processus mémoriels II | Henry Rousso, Institut d’histoire du temps présent, CNRS « Peut-on parler d’une mondialisation de la mémoire ? »

Sortie de la violence, construction de la paix et mémoire historique | Négociations, accords, processus politiques II

1h23min06

Un an après l’accord de paix entre le gouvernement colombien et les FARC (Forces armées révolutionnaires de Colombie), ce colloque se propose de croiser des expériences de post-conflit en Colombie, ailleurs en Amérique latine et dans d’autres régions du monde.

Il s’intéressera principalement aux processus de paix et à leurs suites, à l’émergence de nouvelles violences, à la question de la justice transitionnelle, aux mouvements sociaux et aux créations culturelles liées à la sortie de la violence, aux relations entre mémoire et Histoire.

Ce colloque, organisé par la chaire Destins mondiaux de l'Amérique latine, le Centro Nacional de Memoria Histórica de Colombia et la Plateforme Violence et sortie de la violence, s’inscrit dans le cadre de l’année France-Colombie. Il poursuit des échanges et une réflexion sur les mêmes thèmes initiés lors d’un colloque à Bogotá en juin 2017.
Négociations, accords, processus politiques II

| Yezid Arteta, Universidad Autónoma de Barcelona, ancien commandant des Farc
« FARC y ELN: Cierre del ciclo de la lucha armada en América latina »

 | Olga Lucia González, Université Paris-Diderot, URMIS
« Emergence et défis de la question du genre dans le processus de paix »

| David Garibay, Université Lumière Lyon 2, Triangle
« Le processus de paix avec les FARC au regard du bilan des processus de paix en Amérique centrale »

| Gorka Landaburu, Cambio 16
« De la violencia a la convivencia hasta la reconciliación »

Sortie de la violence, construction de la paix et mémoire historique | Nouvelles violences

39min23

Un an après l’accord de paix entre le gouvernement colombien et les FARC (Forces armées révolutionnaires de Colombie), ce colloque se propose de croiser des expériences de post-conflit en Colombie, ailleurs en Amérique latine et dans d’autres régions du monde. Il s’intéressera principalement aux processus de paix et à leurs suites, à l’émergence de nouvelles violences, à la question de la justice transitionnelle, aux mouvements sociaux et aux créations culturelles liées à la sortie de la violence, aux relations entre mémoire et Histoire. Ce colloque, organisé par la chaire Destins mondiaux de l'Amérique latine, le Centro Nacional de Memoria Histórica de Colombia et la Plateforme Violence et sortie de la violence, s’inscrit dans le cadre de l’année France-Colombie. Il poursuit des échanges et une réflexion sur les mêmes thèmes initiés lors d’un colloque à Bogotá en juin 2017. Nouvelles violences | Luis López, Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris la Villette « La disparition forcée au Mexique. Une forme extrême de violence contre la société » | Antimo Farro, Sapienza Universitá di Roma « Violence en col blanc »