Cinéma

Room 237

Réalisateur : Rodney Ascher
Durée : 1h38min. Anglais / sous-titré français.
Bibliothécaires
(4,0 1 votant)
Adhérents
(4,0 1 votant)
A consulter dans le cadre de votre forfait.
Après la première consultation, ce document peut être consulté pendant 48 heures
Cette vidéo n’est pas disponible dans votre pays.

Résumé

En 1980, Stanley Kubrick signe Shining, qui deviendra un classique du cinéma d'horreur. A la fois admiré et vilipendé, le film est considéré comme une oeuvre marquante du genre par de nombreux experts, tandis que d'autres estiment qu'il est le résultat du travail bâclé d'un cinéaste de légende se fourvoyant totalement.
Entre ces deux extrêmes, on trouve cependant les théories du complot de fans acharnés du film, convaincus d'avoir décrypté les messages secrets de Shining.
ROOM 237 mêle les faits et la fiction à travers les interviews des fans et des experts qui adhèrent à ce type de théories, et propose sa relecture du film grâce à un montage très personnel.
ROOM 237 ne parle pas seulement de fans d'un film mythique – il évoque les intentions de départ du réalisateur, l'analyse et la critique du film.

Editeur / Distributeur
Highland Park Classics
Pays
États-Unis
Année
2012
Casting
Rodney Ascher - Réalisateur
Jonathan Snipes - Compositeur
Jay Weidner - Lui-même
Bill Blakemore - Lui-même
Geoffrey Cocks - Lui-même
Juli Kearns - Elle-même
Distinctions

2012

Festival de Cannes : Sélection Officielle / Quinzaine des Réalisateurs

Festival International de Sundance : Sélection Officielle

Festival International de Toronto : Sélection Officielle

Festival du Film Américain de Deauville : Sélection Officielle

Critiques

Dans le maelström savant ou excentrique des images et des témoignages, Rodney Ascher trace un captivant portrait du maître en génie opaque. Télérama
(...) une oeuvre à part entière, qui pendant une centaine de minutes captive, intrigue, amuse, fascine et par moments, disons-le, flanque un peu la trouille. Un film digne de Kubrick lui-même, en quelque sorte. Le Nouvel Observateur
(...) l’approche sobre et méticuleuse de Rodney Ascher ne laisse pas de place au ricanement facile. Le propos vise bien davantage à décortiquer ce mécanisme étrange du cinéma qui finit toujours par aller chercher chez chaque spectateur le détonateur de ses passions les plus secrètes. Libération

Catégorie
Niveau scolaire
Cette fonction est inactive en démo.