Documents pour «Mémoire»

En friche

Francoise Poulin-Jacob

54min50

Le jardin tropical du bois de Vincennes a été pendant plusieurs décennies une des vitrines de la magnificence de l'empire colonial français. On y exhibait avec fierté des produits issus des colonies, produits de l'agriculture, de l'artisanat, mais aussi des êtres humains.

A présent, le jardin tropical est laissé à l'abandon. Des pillages et des incendies ont accéléré la décrépitude naturelle des édifices mais rien n'est mis en œuvre pour préserver ou restaurer ce qu'il reste de ce lieu de mémoire.

Pourquoi avoir abandonné ce jardin ? L'histoire qu'il cache ou qu'il révèle est-elle trop récente ? Trop Honteuse ?

Au-delà de l'étrange et fascinante beauté qui émane des ruines et des friches, l'observation de la lente décrépitude des choses rendues à la nature donnera écho à la question de savoir ce qu'est un lieu de mémoire.

Les arts et les lettres contre l'esclavage : le combat abolitionniste par les arts

Marcel DORIGNY

38min13

Le thème central de cette conférence sera l'engagement des artistes et des gens de lettres dans le combat antiesclavagiste. Les oeuvres (peintures, sculptures, arts décoratifs, bas-reliefs, photographies...) proposées lors de l'exposé ont été explicitement réalisées dans une perspective de combat contre la traite, l'esclavage et ses séquelles.

Monsieur M, 1968

Isabelle Berteletti

59min42

Un petit agenda noir retrouvé, avec d’autres, dans la cave d’une maison de Montreuil, après le décès de son propriétaire.
Sur cet agenda, celui de l’année 1968, une fine écriture : jour après jour, Monsieur M, 41 ans, vieux garçon vivant chez ses parents, ouvrier-cartographe à l’Institut géographique national, raconte, sans passion ni sentiment, les évènements de sa vie.
Une vie bien réglée qui nous parle d’un temps d’avant. D’avant que tout se dérègle. Sous la mine du crayon à papier de Monsieur M, des échos de plus en plus forts d’une révolte en train de naître, d’un monde en train de changer, se font entendre…

Pawit Raogo et la vieille menteuse

De André-Daniel Tapsoba

18min14

Dans le village de Luna, blotti au creux de la rivière qui arrose la savane du Mogho, vivent Pawit Raogo, un jeune homme de vingt ans, et ses parents.

Non loin de la concession des Raogo, il y a la vieille Maa Toogo, une octogénaire courbée par le poids des années et qui, selon les rudes principes ancestraux, mériterait respect et considération si seulement son comportement ne l’avait pas éloignée de la communauté.

Pouvoir et impuissance, un drame en 3 actes Poder e Impotencia, un Drama en 3 Actos

Anna Recalde Miranda

1h42min30

En 2008, Fernando Lugo, "évêque des pauvres" et membre de la Théologie de la Libération, remporte les élections présidentielles au Paraguay, mettant ainsi fin à 61 années de dictature.

Cette alternance inespérée tient du miracle mais la politique n’est pas faite pour les saints et le rêve vire vite au cauchemar.

"Poder e impotencia" se fait le témoin privilégié, depuis les coulisses du pouvoir, de cette aventure faite d’espoirs et de déceptions, et nous révèle ainsi la nature de la politique et la réalité du pouvoir au sein des systèmes démocratiques.

Séminaire TIL : Méthodologie de recherche (4/4)

Witold JARZEBOWSKI

43min50

Séminaire TIL
25-28 Janvier 2016 – Hôpital Charles Foix
Titre : Méthodologie de recherche (4/4)
Auteur (s) : Dr Witold Jarzebowski


Programme
Lundi
Psychologie
du sujet âgé : Dr Sylvie Pariel, Dr Sarah Thomas, Dr Christophe Bouché
Education Thérapeutique : Dr Sylvie Pariel, Régine Raymond
Mardi

Méthodologie
de recherche : Dr Witold Jarzebowski
Jeudi
Le jour J de la présentation : se comporter en public : Pr Joël Belmin


Préparer un cours : les bases : Pr Joël Belmin

Evaluation Gérontologique Standardisée : Pr Joël Belmin


L’auteur n’a pas transmis de conflit d’intérêt concernant
les données diffusées dans cette vidéo ou publiées dans la référence citée.





Réalisation, production : Canal U/3S
http://www.u-til.org/

Séminaire TIL : Méthodologie de recherche (3/4)

Witold JARZEBOWSKI

43min20

Séminaire TIL
25-28 Janvier 2016 – Hôpital Charles Foix
Titre : Méthodologie de recherche (3/4)
Auteur (s) : Dr Witold Jarzebowski


Programme
Lundi
Psychologie
du sujet âgé : Dr Sylvie Pariel, Dr Sarah Thomas, Dr Christophe Bouché
Education Thérapeutique : Dr Sylvie Pariel, Régine Raymond
Mardi

Méthodologie
de recherche : Dr Witold Jarzebowski
Jeudi
Le jour J de la présentation : se comporter en public : Pr Joël Belmin


Préparer un cours : les bases : Pr Joël Belmin

Evaluation Gérontologique Standardisée : Pr Joël Belmin


L’auteur n’a pas transmis de conflit d’intérêt concernant
les données diffusées dans cette vidéo ou publiées dans la référence citée.





Réalisation, production : Canal U/3S
http://www.u-til.org/

Séminaire TIL : Méthodologie de recherche (2/4)

Witold JARZEBOWSKI

23min16

Séminaire TIL
25-28 Janvier 2016 – Hôpital Charles Foix
Titre : Méthodologie de recherche (2/4)
Auteur (s) : Dr Witold Jarzebowski


Programme
Lundi
Psychologie
du sujet âgé : Dr Sylvie Pariel, Dr Sarah Thomas, Dr Christophe Bouché
Education Thérapeutique : Dr Sylvie Pariel, Régine Raymond
Mardi

Méthodologie
de recherche : Dr Witold Jarzebowski
Jeudi
Le jour J de la présentation : se comporter en public : Pr Joël Belmin


Préparer un cours : les bases : Pr Joël Belmin

Evaluation Gérontologique Standardisée : Pr Joël Belmin


L’auteur n’a pas transmis de conflit d’intérêt concernant
les données diffusées dans cette vidéo ou publiées dans la référence citée.





Réalisation, production : Canal U/3S
http://www.u-til.org/

Séminaire TIL : Méthodologie de recherche (1/4)

Witold JARZEBOWSKI

24min51

Séminaire TIL
25-28 Janvier 2016 – Hôpital Charles Foix
Titre : Méthodologie de recherche (1/4)
Auteur (s) : Dr Witold Jarzebowski


Programme
Lundi
Psychologie
du sujet âgé : Dr Sylvie Pariel, Dr Sarah Thomas, Dr Christophe Bouché
Education Thérapeutique : Dr Sylvie Pariel, Régine Raymond
Mardi

Méthodologie
de recherche : Dr Witold Jarzebowski
Jeudi
Le jour J de la présentation : se comporter en public : Pr Joël Belmin


Préparer un cours : les bases : Pr Joël Belmin

Evaluation Gérontologique Standardisée : Pr Joël Belmin


L’auteur n’a pas transmis de conflit d’intérêt concernant
les données diffusées dans cette vidéo ou publiées dans la référence citée.





Réalisation, production : Canal U/3S
http://www.u-til.org/

07 Fukushima Les images du revers de fortune, le revers des images de fortune

1h05min22

Yoann Moreau
Après avoir entrepris des études de Mathématiques, de Sciences
Physiques puis d'Anthropologie, Yoann Moreau a travaillé un an en Amazonie
brésilienne, au Japon, en Mongolie. ,… parcours qui aboutira à une thèse sur
les catastrophes reconnue aujourd’hui comme novatrice. Indomptable
touche-à-tout, son parcours académique comprend également un passage par la
philosophie et la géographie. Actuellement chargé de cours à l'Ecole Nationale
des Ponts et Chaussées, il coordonne un séminaire de Mésologie à l'EHESS Paris
et a intégré la Cie Jours Tranquilles pour
laquelle il travaille en tant que dramaturge et comédien. Premier prix de la
Fondation Bullikian.


Fukushima Les images du revers de fortune, le revers des
images de fortune

Commentaires et analyses
des vidéos et photographies publiées sur le net et dans la presse après le 11
mars 2011. A partir d’une mise en perspective historique et ethnologique nous
prendrons du recul sur les manières dont sont mobilisées les images de
destruction (afin de servir quel propos, de répondre à quels besoins, d’être
diffusé auprès de quel audimat ?). 
Ce faisant, nous proposerons de conjoindre à une dramaturgie du
spectaculaire, de l’exotisme et de l’événement, une dramaturgie du spectral, de
l’anomal et de l’avènement. Cette mise en regard sera elle même déployée sous
forme visuelle au travers d’un outil d’analyse des catastrophes, un
« visiogramme ».

06 Dada Zurich : Le plaisir de détruire

57min25

Michèle Martel
Docteur en Histoire de l'art de l'Université de
Paris I. Elle enseigne à l'ESAM Caen/Cherbourg et coordonne le laboratoire de
recherche de l'école. Son travail de recherche porte sur l'analyse des
processus de création mis en place par l'artiste entre 1915 et 1920 et sur
leurs conséquences quant à l'élaboration de sa forme plastique. Ses textes les
plus récents ont paru dans L'Art comme
expérience (Liénart, 2010), Arp en
ses ateliers d'art et d'écriture (Musée de Strasbourg, 2011), Itinérance. L'Art en déplacement (De
L'incidence éditeur, 2012, sous la direction de Laurent Buffet) et dans L'Espace des paysages. Premier temps, quatre
mouvements (École Supérieure d'art de Clermont-Métropole, 2013).


Dada Zurich : Le plaisir de détruire

 Europe, Zurich, 1916. Le rejet des formes du
passé, qui caractérise finalement toute l'histoire de la modernité, se
transforme chez les acteurs du mouvement Dada, en véritable plaisir de
détruire. Les artistes s'opposent radicalement à la nécessité de produire des figures
mais aussi du sens, dans leurs productions plastiques et textuelles. Ils
mettent pour ce faire en place des procédures de création qui font appel au
hasard, à la mécanisation des gestes, à la non-volition... Leur acharnement
destructif trouve un écho dans une conception de la création fondée sur une
puissance dissolvante originelle. Le sans-fond, l'indifférence ou encore l'apeiron (terme qu'ils empruntent à la
philosophie grecque) deviennent l'un des enjeux de la pratique artistique.
Comme dans les ténèbres mallarméennes, il s'agit d'atteindre un détachement
afin de saisir plus distinctement le flux de la vie, la réalité des choses.

05 Tu n’as rien vu à Hiroshima…

21min12

Vincent Amiel
Professeur à l'université de Caen, enseigne l'histoire du cinéma à
l'école Louis-Lumière et à l'ESRA, Paris. Il est membre du comité de rédaction
de la revue Positif et critique pour
la revue Esprit. Essayiste,
théoricien du cinéma, de l'image et des médias, Vincent Amiel a publié de
nombreux ouvrages sur le cinéma et plus largement sur le monde télévisuel. 

Tu n’as rien vu à Hiroshima… 

Dès les années 50, dans
Hiroshima mon amour, Alain Resnais et Marguerite Duras interrogent la capacité
des médias (du cinéma en particulier, et de toute médiation en général) à
témoigner d’un événement, d’une catastrophe, d’une destruction. Le film oscille
en particulier entre le témoignage et la reconstitution, mettant l’accent sur
cette dernière comme ressource ultime de la mémoire, et donc du récit. Nous
examinerons les caractéristiques de ce « blocage » testimonial, son
contexte, et son héritage.